Cabanes de vigneron

Cliquez pour agrandir l'image Dampierre-sur-Loire ©Bruno Rousseau

Cliquez pour agrandir l'image Cabane avec une couverture en forme de voûte ©Inventaire général du patrimoine culturel

Cliquez pour agrandir l'image Concourson-sur-Layon (49) - Loge avec pièce d'habitation, étable et comble à usage de fenil ©Inventaire général du patrimoine culturel

Cliquez pour agrandir l'image Montsoreau - cabane s'appauyantsur un mur de clôture et portail ©Bruno Rousseau

Cliquez pour agrandir l'image Montsoreau - loge dans un domen effondré ©Bruno Rousseau

Cliquez pour agrandir l'image Montsoreau - loge avec vue imprenable sur la confluence Vienne / Loire ©Bruno Rousseau

Cliquez pour agrandir l'image Souzay Champigny - loge de type pavillon néo classique avec cheminée et étage.

Les loges de vigne ponctuent les paysages viticoles. Ce type de construction est très ancien, mais la plupart de celles qui subsistent ont été construites entre le milieu du XIXe siècle et celui du XXe siècle. Nombre d'entre elles ont depuis été abandonnées voire détruites. Ce petit patrimoine architectural et paysager, marqueur des vignobles de notre région, est malheureusement en péril.

Comme le clos, l’abri n’est pas propre à la viticulture , mais les paysages viticoles en sont régulièrement ponctués. Cette loge de vigne ou cabane de vigneron est généralement à pièce unique, souvent à cheminée. De plus grandes ont parfois une étable pour un animal de bât et un fenil. En Anjou, ces cabanes sont rares dans la documentation ancienne. Le cadastre napoléonien n’en livre que très peu, qui sont alors édifiées sur quelques clos issus de grands domaines d’Ancien Régime. La plupart de ces cabanes n’ont été construites qu’à partir du milieu du XIXe siècle pour entreposer un outillage devenu plus important, conséquence de l’essor du traitement des vignes lors des diverses crises phytosanitaires qui affectent cette période (mildiou, oïdium, phylloxéra, etc.) et de l’accroissement des domaines. Puis, victimes de leur obsolescence à mesure des progrès de la mécanisation et des transports permettant un retour rapide au siège de l’exploitation, elles sont abandonnées, voire détruites à partir de la seconde moitié du XXe siècle. Leur répartition actuelle est ainsi liée aux évolutions des vignobles sur les deux derniers siècles, tout autant qu’à l’attachement local à la préservation de cet élément modeste du patrimoine.

Des architectures variées

Leur forme peut considérablement varier, du pavillon néo-classique en pierre de taille couvert d’ardoise à la très modeste cabane en parpaings de mâchefer et toit de fibrociment ondulé. À elle seule, la commune de Montsoreau présente les types des plus divers : de la classique maisonnette au toit à deux versants à l’appentis, de la cabane adossée sommairement contre un mur de clôture à l’abri troglodytique creusé sous la parcelle de vigne elle-même, ou encore de l’élégant édicule avec étage et vue panoramique sur le bourg et la vallée de la Loire jusqu’à l’exceptionnel cas d’un dolmen effondré où, sous les énormes dalles de grès, la sépulture néolithique fut excavée au cours du XIXe siècle pour former un abri de vigneron à cheminée.
Si l’extrême variété peut ainsi se rencontrer sur une même commune, des caractéristiques locales s’affirment à l’échelle du département, reflets des matériaux utilisés et de leur mise en œuvre. Le Saumurois et le Sud-Layon se distinguent ainsi par l’usage du calcaire, tuffeau ou falun, en moellons et souvent aussi en pierres de taille. Partout ailleurs, les moellons de schiste et de grès s’imposent, avec au fil du XIXe siècle, une plus nette présence de la brique pour les encadrements et les chaînes d’angle. Le toit d’ardoise est plus fréquent dans la vallée de la Loire, mais la tuile ronde domine quand on s’enfonce vers le sud du Saumurois ou du Layon. Autour de Doué-la-Fontaine, on note quelques cas de couvertures voûtées de calcaire coquillier.

En savoir plus : 303 n°139, novembre 2015, "De la vigne au vin". Son article, p.90-97, est intitulé "Clos, loges et caves. Un petit patrimoine viti-vinicole enraciné dans la vallée du Loir"

http://www.editions303.com/le-catalogue/de-la-vigne-au-vin/

Retour