Poste de la Baule-Escoublac

Loire-Atlantique

Références

Auteur :

Charles Alain ; Mise en forme sous Renabl : Durandière Ronan

Date d’enquête :

1990

Historique

Commentaire historique :
Ce bâtiment a été dessiné en 1937 par l'architecte baulois Paul-Henri Datessen associé à l'architecte nantais Gabriel Guchet en sa qualité d'architecte régional des P.T.T. Il a été publié dans le journal baulois <>La Mouette<> (projet avec tour beffroi puis le projet réalisé). Une perspective est consultable aux archives départementales de Loire-Atlantique : 169 J 101.
Auteur Historique :

Datessen Paul-Henri (architecte) ; Guchet Gabriel (architecte)

Description Architecturale

Commentaire descriptif :

Plan allongé avec rez-de-chaussée et deux étages sur sous-sol. Ce bâtiment "dissymétrique breton" (cf. typologie) est implanté sur rue. Il est bordé par l'avenue du Maréchal Joffre au nord-est, celle du Maréchal Foch au sud-ouest et par l'avenue des Aubépines au sud-est. La toiture est en ardoise et les murs sont recouverts d'enduit avec structure des baies en béton et granite taillé au rez-de-chaussée. Sur la façade nord-ouest trois pignons recouverts d'essentage d'ardoise sont situés de part et d'autre de l'entrée. De la rue un large escalier en granite mène à une loggia encadrée par deux hautes fenêtres plein-cintre et sur laquelle ouvre une large porte-fenêtre plein-cintre encadrée par deux larges fenêtres plein-cintre. Au-dessus de la loggia un bandeau est sculpté et porte l'enseigne "postes télégraphes téléphones". Un bandeau en plexi aux couleurs de la poste recouvre actuellement cette enseigne. Au nord-ouest, le pignon avec essentage à double égout de toiture est percé de trois fenêtres et surplombe à l'étage une large baie vitrée et bombée comportant sept hautes fenêtres dont cinq sont en arc de cercle. Les trumeaux bombes en granite des trois hautes fenêtres à plein-cintre imitent de lourds piliers. Le pignon central avec essentage à double égout est percé de cinq fenêtres en arc de cercle dont les allégés sont ornées de motifs géométriques bretons. Deux colonnes à faisceaux encadrent ces quatre fenêtres de l'égout jusqu'au balcon terrasse au-dessus de la loggia d'entrée. Sur ce balcon quinze fenêtres en trois groupes dont un sous le pignon ouvrent sur ce balcon. Le pignon au sud-ouest un précède d'un pignon plus petit en avant-corps qui est percé de trois fenêtres. A l'étage quatre fenêtres sous ce pignon sont surmontées des mêmes motifs bretons qui descendent sur le trumeau central des quatre fenêtres. Dans l'angle de l'avant-corps un appentis soutenu par un pilier en béton à chapiteau décoré de motifs couvre un balcon à garde-corps en granite. Trois hautes fenêtres sont situées au rez-de-chaussée sous ce pignon. Une extension dans un esprit similaire a été réalisée à l'est vers 1960.

Matériau(x) de gros œuvre et mise en œuvre :

granite ; enduit

Matériau(x) de couverture :

ardoise

Partie de plan :

plan rectangulaire régulier

Vaisseaux et étages :

sous-sol ; rez-de-chaussée surélevé ; 1 étage carré ; étage de comble

État de conservation :

restauré

Localisation

Département :

44

Aire d'étude :

Villégiature balnéaire en Loire-Atlantique

Commune :

La Baule-Escoublac

Lieu :

lotissement Hennecart

Adresse :

Victoire

Rue :

Victoire

Latitude :

47,28592382 X

Longitude :

-2,38949051 Y

Intérêt et protection

Intérêt de l'oeuvre :

à signaler élévation

Situation juridique :

propriété privée