Golf de La Baule ; domaine de Cramphore

Loire-Atlantique

Références

Auteur :

Charles Alain

Date d’enquête :

1994

Historique

Commentaire historique :
François André a créé cet ensemble sportif pour retenir le jour sa clientèle nocturne. L'architecte Ferdinand Ménard (casino de La Baule en 1924, puis entre 1925 et 1927 les Tennis et l'hôtel Hermitage) intervient dans la conception générale du projet pour son riche client. Il travaille avec Adrien Grave (jeune architecte depuis 1923 à La Baule) qui vient de gagner avec son confrère Roger Pons le concours de la gare d'Escoublac-La Baule (style breton). Le régionalisme, très à la mode à cette époque, nécessite un bâtiment breton sur la côte sauvage du Pouliguen. Le parcours de "5 516 yards" fut dessiné par l'architecte Sérons sous la direction du Major Harvey, alors secrétaire du Golf de Cannes à Mandelieu. Ce parcours fut le premier golf de 18 trous en Bretagne. François André avait l'ambition de l'allonger à 27 trous. Adrien Grave publiera ce club-house dans sa brochure publicitaire avant-guerre puis la revue "Plaisirs de France" après guerre (n°151, juin 1950). Pour autant, le golf de La Baule était déjà pressenti en 1912 à La Baule même, derrière la plage Benoit entre la route vers Le Pouliguen et l'étier de Beslon. Il était question en 1913 de louer 41 hectares de la ferme du Grand Clos aux propriétaires MM. Pajot et Landais et la "société immobilière du Golf de La Baule" fut créée avec son siège social au Casino de La Baule. L'hôtel Plage et Golf de Roger Bernheim (ex. hôtel Mauspha) sur la "grande plage du Pouliguen" (plage Benoît) en témoigne par son nom. Puis Lord Bradbury (haut commissaire aux réparations de guerre) déplorait en 1921 à Pornichet l'absence de "golf links" sur la côte. Un comité emmené par le journaliste Gautreau ("La Brise" et "L'Ouest-Atlantique") est créé autour du maire de Pornichet Bertoye avec quelques locaux plus le concours de M. Dennet-Barry, directeur du Touquet Golf-Club. Cette aventure tourne court, car François André en 1925 constate la création du lotissement de La Baule-les-Pins par Louis Lajarrige, l'extension du vieux "Kursaal" de Pornichet (devenu "Casino") puis d'un projet de golf à Sainte-Marguerite entre la villa Ker Juliette et Bonne-Source. Quelques anciens de Sainte-Marguerite racontent qu'il s'arrangeât avec le maire pour faire capoter le projet et créer tranquillement le sien à l'autre bout de la baie sur les terres vierges du Pouliguen. Les clients golfeurs ne passeraient alors pas par La Baule-les-Pins ! Le bâtiment a été étendu en immeuble à appartements après le transfert du golf à Saint-Denac (sur la commune de Saint-André-des-Eaux).
Auteur Historique :

Ménard Ferdinand (architecte) ; Grave Adrien (architecte)

Description Architecturale

Commentaire descriptif :

Plan allongé, ce bâtiment dissymétrique, orienté Est-Ouest et de style breton possède un rez-de-jardin, un rez-de-chaussée et un comble. Il est implanté au milieu du terrain et bordé au Nord (d'Ouest en Est) par l'avenue Moreau. La couverture est en ardoise et les murs sont en granit jusqu'aux appuis de fenêtre du rez-de-chaussée. Le haut des murs et les pignons sont recouverts d'enduit. Facade Sud = l'entrée principale du bâtiment est marqué par un escalier à double volée arrivant sur un porche en loggia encadré par 2 poteaux fuselés supportant une poutre sur laquelle repose un pignon découvert symétrique percé d'une fenêtre surmontée d'un arc de décharge en granit puis, au-dessus, d'un oculus. A l'Est de cette entrée une fenêtre triplée est aussi surmontée d'un arc de décharge soutenant un mur se raccordant au pignon. A l'Ouest de cette entrée, une galerie formée de 3 baies plein cintre en granit est protégée par un auvent de toiture. Tout à l'Ouest du bâti, un autre pignon découvert mais sans oculus termine la toiture et encadre avec celui de l'entrée 3 lucarnes à pignon découvert. A l'Est de l'entrée, le bâti en arrière corps est percé au rez-de-chaussée de 3 fenêtres à 4 vantaux chacune surmontée dans les combles d'une lucarne à fronton. Le rez-de-jardin est percé de 14 ouvertures dont 4 portes. Façade Est = La toiture bute sur un pignon découvert percé dans les combles d'une fenêtre cintrée avec jardinière. Sous cette fenêtre, un escalier en béton mène à une véranda allongée de part et d'autre par un balcon avec garde-corps en béton sur lesquels débouchent 5 portes. Façade Ouest = Une lucarne bow-window à trois pans est assise sur le rampant du toit. Un petit toit ceinture l'allège de cette lucarne et surmonte la véranda du rez-de-chaussée. Façade Nord = La façade est globalement la même qu'au Sud avec en sus une véranda dont la toiture est percée de 3 outeaux. Dans l'axe du pignon central, l'escalier à double volée mène à l'entrée protégée par un auvent en chapeau de gendarme. Tous les rampants en pierre assise des pignons sont en granit recouvert de béton. Les pignons sont terminés par des boules en béton peint. Les gardes corps des 2 vérandas et de l'escalier sud sont à barreaux. Celui de l'escalier nord est en granit. Espaces de Transition = auvent, véranda, galerie, balcon, perron, porche.

Matériau(x) de gros œuvre et mise en œuvre :

enduit ; granite

Matériau(x) de couverture :

ardoise

Type de couverture :

toit à longs pans ; pignon découvert ; noue

État de conservation :

restauré

Localisation

Département :

44

Aire d'étude :

Villégiature balnéaire en Loire-Atlantique

Commune :

Pouliguen (Le)

Lieu :

Côte Sauvage

Adresse :

Atlantique

Rue :

Atlantique

Latitude :

47,26399674 X

Longitude :

-2,44453728 Y

Intérêt et protection

Situation juridique :

propriété privée